Sélectionner une page

Le piéton grand oublié du déconfinement

Qui parle ? C’est l’Agence d’Urbanisme et d’Aménagement / Toulouse aire métropolitaine ajoutant « Repenser l’espace comme un lieu qualitatif permettant la flânerie autant que le passage n’est pas superflu et doit être un objectif urbain incontournable, aussi pour permettre à l’espace public de jouer son indispensable rôle métropolitain de vecteur de vie sociale. Le Projet Urbain Toulousain fait d’ailleurs de la qualité des espaces publics une condition importante de la pérennité de ses centralités dans son chapitre II « convivialité – soigner l’espace public ». 


En trois pages la lettre de septembre de l’AUAT « Déployer une culture urbaine » développe un plaidoyer auquel tout promoteur de la randonnée et de la marche, tous les piétons peuvent adhérer sur l’oubli de la marche dans la politique d’aménagement de l’espace public avant d’énumérer les qualités de la marche et de tracer des pistes d’action : (Cliquer sur le lien)

  • Récupérer l’espace public
  • Faciliter les parcours
  • Penser le confort
  • Enchanter l’espace public
  • Penser inclusif

On imagine ce que la randonnée et la fédération qui l’anime peut apporter dans ces espaces toulousains requalifiés

Et on souhaite ardemment qu’il puisse être mis en œuvre. En faisant de la marche plus qu’un moyen de déplacement, en ne considérant pas seulement le piéton comme un véhicule dont il faut gérer les flux et en l’associant à la création des espaces qu’il fréquent l’AUAT met le piéton à sa vraie place. Un acteur des mobilités et de la ville. Raison de plus pour l’associer à travers des modalités adaptées de concertation à la définition et l’évaluation des actions à conduire. Les associations qui ont créé « Place aux piétons » (Fédération française de la randonnée, Rue de l’Avenir, 60 Millions de Piétons) sont prêtes à le faire

A lire absolument pour construire un argumentaire pour les équipes municipales nouvellement élues. En trois pages, tout est dit. Juste besoin de l’adapter à son territoire et à la sensibilité des élus et services. Voire de la relayer telle quelle pour montrer ce que d’autres villes font. Le lien vers la page mobilités de l’AUAT​​​​​​​