Sélectionner une page
20 kms, 3 heures : Marcher en famille le bon geste

20 kms, 3 heures : Marcher en famille le bon geste

Profiter de l’allègement du confinement

Le gouvernement vient d’alléger le confinement. Ce qui ne veut pas dire cesser de prendre des précautions. Et pour se libérer de ce carcan entretenu par l’obligation de limiter ses déplacements à 1 km et 1 h quelles activités pratiquer en respectant les mesures de distanciations sociales ? Immédiatement accessible et praticable en famille ?

Des itinéraires à côté de chez soi

Partout en France, la FFRandonnée et ses comités ont balisés à côté de nos villes, communes et agglomérations des milliers de kms de chemins de Promenade. Accessibles à partir des zones urbanisées, souvent en boucle ou atteignable par les transports en commun dans les grandes villes, ils permettent pendant deux heures, deux heure et demie de prendre un peu l’air et de pratiquer un exercice accessible à tous et toutes.

La bulle familiale

Popularisée à l’occasion des manifestations sportives, cette notion de bulle qui consiste à isoler un groupe entier pendant une période pour s’assure de la diminution des risques de contamination peut être appliquée à ceux qui vivent sous un même toit. ( A la condition naturellement que tous ses membres appliquent les mêmes attitudes prudentes limitant les risques de contamination de la bulle et que le groupe familial ne dépasse pas les effectifs recommandés). Si c’est le cas pourquoi ne pas sortir en famille ? Dans tous les autres cas, on respectera strictement les gestes de distanciation sociale, deux mètres entre les marcheurs, port du masque quand il est supporté, désinfection des mains et matériels

Trouver un itinéraire près de chez soi

Consignes pour pratiquer

L’OMS recommande la marche comme mode de déplacement

L’OMS recommande la marche comme mode de déplacement

Recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé

Pour l’OMS l’activité physique englobe non seulement les loisirs (sportifs et autres), les activités professionnelles et les tâches ménagères mais aussi les déplacements. L’OMS recommande les mobilités actives et particulièrement la Marche afin d’améliorer l’endurance cardio respiratoire, l’état musculaire et osseux, et réduire le risque de maladies non transmissibles et de dépression,

150 minutes par semaine

A partir de 18 ans l’OMS recommande de « pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue ». Pour remplir ces conditions, il n’est pas indispensable de se mettre à la course. Pour la majorité des adultes marcher suffit pour atteindre et rester dans ces zones d’effort modérés. Même commencer à courir sans préparation et sans contrôle peut se révéler néfaste. Il existe un grand nombre d’applications ou d’appareils connectés qui permettent de suivre le niveau d’effort avec des codes simples à comprendre et utiliser Vert, orage, rouge par exemple

Donner du sens et atteindre facilement ses objectifs

Marcher pour aller au travail ou aller faire ses courses c’est rendre utile pour sa santé. Mais ce n’est pas le seul bénéfice. Marcher c’est être au milieu des autres sans cette bulle procurée par la vitesse ou l’habitacle des voitures, c’est faire ses courses plus près de chez soi et encourager l’économie locale. De plus en ces temps de pandémie, c’est éviter des risques de contamination.

Souvent l’argument qui vient pour justifier l’absence d’exercice est celui du manque de temps ou que les objectifs à atteindre sont inatteignables. C’est vrai si on doit rajouter ces temps aux autres temps de la vie quotidienne. Mais si on utilise ces temps pour sa santé, on leur donne une utilité nouvelle. Et c’est facile à organiser. Aller prendre les transports en commun à pied, sortir des transports quelques arrêts avant l’arrivée pour terminer à pied, si on analyse bien beaucoup de ces habitudes que nous avons peuvent être revisitées pour une nouvelle utilité. Sans compter que je peux changer régulièrement mes trajets et ainsi découvrir mon environnement et faire de nouvelles rencontres.

La page du site de l’OMS

Les recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé

Toulouse déploie une culture piétonne

Toulouse déploie une culture piétonne

Le piéton grand oublié du déconfinement

Qui parle ? C’est l’Agence d’Urbanisme et d’Aménagement / Toulouse aire métropolitaine ajoutant « Repenser l’espace comme un lieu qualitatif permettant la flânerie autant que le passage n’est pas superflu et doit être un objectif urbain incontournable, aussi pour permettre à l’espace public de jouer son indispensable rôle métropolitain de vecteur de vie sociale. Le Projet Urbain Toulousain fait d’ailleurs de la qualité des espaces publics une condition importante de la pérennité de ses centralités dans son chapitre II « convivialité – soigner l’espace public ». 


En trois pages la lettre de septembre de l’AUAT « Déployer une culture urbaine » développe un plaidoyer auquel tout promoteur de la randonnée et de la marche, tous les piétons peuvent adhérer sur l’oubli de la marche dans la politique d’aménagement de l’espace public avant d’énumérer les qualités de la marche et de tracer des pistes d’action : (Cliquer sur le lien)

  • Récupérer l’espace public
  • Faciliter les parcours
  • Penser le confort
  • Enchanter l’espace public
  • Penser inclusif

On imagine ce que la randonnée et la fédération qui l’anime peut apporter dans ces espaces toulousains requalifiés

Et on souhaite ardemment qu’il puisse être mis en œuvre. En faisant de la marche plus qu’un moyen de déplacement, en ne considérant pas seulement le piéton comme un véhicule dont il faut gérer les flux et en l’associant à la création des espaces qu’il fréquent l’AUAT met le piéton à sa vraie place. Un acteur des mobilités et de la ville. Raison de plus pour l’associer à travers des modalités adaptées de concertation à la définition et l’évaluation des actions à conduire. Les associations qui ont créé « Place aux piétons » (Fédération française de la randonnée, Rue de l’Avenir, 60 Millions de Piétons) sont prêtes à le faire

A lire absolument pour construire un argumentaire pour les équipes municipales nouvellement élues. En trois pages, tout est dit. Juste besoin de l’adapter à son territoire et à la sensibilité des élus et services. Voire de la relayer telle quelle pour montrer ce que d’autres villes font. Le lien vers la page mobilités de l’AUAT​​​​​​​

Plan Local d’Urbanisme de Paris : propositions de la conférence citoyenne

Plan Local d’Urbanisme de Paris : propositions de la conférence citoyenne

Décembre 2020 Lancement de l’élaboration du PLU de Paris

La ville de Paris doit décider lors de la réunion du conseil de Décembre du lancement de la réflexion pour la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Avant de lancer cette élaboration qui prendra trois années, la ville a souhaité lancer une engager une large consultation auprès des institutionnels (300 réponses), et du grand public (800 réponses par internet). En parallèle a été organisé une conférence citoyenne , avec l’aide d’un consultant, à travers 100 Parisiens tirés au sort (70 habitant Paris Intra-muros et 30 des communes proches).

Consulter la restitution de la conférence citoyenne du PLU

Le 10 Novembre a eu lieu la restitution de la conférence citoyenne suivie d’une conférence de presse pour rendre compte de ces consultations. Elles ont eu lieu devant une salle vide. Compte-tenu de la période, les conseillers de Paris suivaient la séance à distance. Le replay de cette séance est disponible sur You Tube dans la chaîne ville de Paris

La marche et les mobilités actives, la nature et la qualité de vie plébiscités

Au final la conférence citoyenne qui a travaille en 6 ateliers thématiques aboutit à 30 propositions. A travers elles s’expriment la demande des parisiens pour une meilleure qualité de vie en ville, une attention forte à une répartition équilibrée des logements, commerces, entreprises, équipements collectifs (on pense à la ville du quart d’heure), une forte demande de végétalisation de la ville, de mobilités douces ou actives qui s’organiseraient « en site propre », de valorisation du patrimoine architectural et culturel.

La randonnée et la marche en ville acteurs et bénéficiaires des progrès à venir

Si le vélo est souvent cité à travers les services qu’il nécessite (équipements des immeubles en garage, créations de parking à vélo souterrains), la marche est très présente dans les réflexions des participants de la conférence qui font remonter des besoins de sécurité, de confort, d’aménagement de circulations piétonnes spécifiques conjuguant nature et mobilité, de prévention des conflits d’usages. Des orientations que les acteurs de la randonnée devraient rejoindre car elles créent un environnement favorable à la création de randonnées de qualités (itinéraires et développement d’activités).

Ci-dessous une transcription des principales thématiques abordées au cours de la visio. Le chiffes indiqués en regard des titres sont des minutes. La vision dure longtemps. Vous pouvez ainsi aller directement aux séquences qui vous intéressent.

La marche un phénomène sous estimé et sous déclaré

La marche un phénomène sous estimé et sous déclaré

Une illustration de l’intérêt à s’intéresser à la situation des piétons en ville pour promouvoir la randonnée : le colloque d’Hasparen

« La #marche un phénomène sous-estimé et sous déclaré ». C’est le constat qui ressort régulièrement ces derniers mois de nombreux travaux conduits autour des problématiques des #mobilitésactives. Car on ne peut penser l’aménagement de la ville autour du vélo sans prendre en compte la situation des #piétons.

Ce constat de notre ignorance relative de ce que représentent les marcheurs en matière de mobilités actives et de la propension des marcheurs à minorer le nombre de fois où ils marchent et la durée de leurs déplacements a constitué le fil conducteur d’un colloque qui s’est tenu en septembre à #Hasparen au Pays Basque. #Ruedel‘Avenir (#Placeauxpiétons) y était et en rend compte sur son site.

Les présentations qui ont été présentées à cette occasion sont de grande qualité. On y trouve des exemples de démarches et des informations statistiques sur la marche qu’on ne trouve pas facilement . Ces documents sont intéressants à consulter sur le site de Rue de l’avenir et sur celui l’agence d’urbanisme atlantique et pyrénéens #AUDAP

Avec Rue de l’avenir et 60 millions de piétons la fédération de la randonnée s’engage pour apporter sa contribution aux politiques de mobilités actives et de la marche. On ne l’attend pas forcément sur ce terrain. A la lecture des présentations du colloque on réalise tout ce que s’impliquer à ce niveau peut apporter de positif aux activités de la fédération, clubs et comités. L’article sur le site de rue de l’avenir Celui de l’AUDAP